Projet Barrage 2

Ressac|re

par

Justine Blau & Stéphane Ghislain Roussel

Violoniste et musicologue de formation, de nationalité belgo-luxembourgeoise. Stéphane Ghislain Roussel (1974) mène une carrière freelance de metteur en scène, de dramaturge et de commissaire d’exposition, après avoir travaillé de nombreuses années au Musée de la Musique, au Centre Pompidou et au Musée du Louvre, à Paris.


Justine Blau adopte dans son travail une approche pluridisciplinaire qui traite des questions ontologiques sur le rapport de l’homme à la nature, à l’image et au monde vivant.

Elle travaille également régulièrement sur des commandes publiques. Elle aime penser la de l’artiste en tant qu’acteur sociétal : elle est membre de l’AAPL, et a participé au DKollektiv à Dudelange.

Elle est diplômée d’un master en sculpture de Wimbeldon Sculpture of Art.

« Ressac|re : le titre dans son jeu de mot sur le sacre, reprend le terme « ressac », sorte de va-et-vient des vagues qui amènent et emportent avec intensité. »


La région des barrages d’Esch-sur-Sûre constitue un environnement singulier, marqué par une nature protéiforme mais aussi par les incises architecturales fortes et parfois monumentales que sont les barrages.

Quelle dynamique s’opère ici entre la main de l’humain et l’écosystème ?

En réponse à la thématique des Natural Borders, l’objectif de Ressac|re est de poser un regard différent sur cette configuration territoriale particulière, en proposant un dialogue sensible sur les fertilités.


Ces gestes aussi « pacifistes » que possibles ont pour ambition de replacer le respect du vivant au centre de l’action tout en explorant de nouvelles modalités d’un art total, fil conducteur des recherches de Stéphane Ghislain Roussel.

L’installation Ensemencement est composée de 8 drapeaux qui flottent au vent près du barrage.


Structures modulables, les drapeaux vont suivre différents agencements, se transformant en modèles habitables souples (tente, chapiteau, etc.), en lien avec les oeuvres présentées et proposant un dialogue avec le public.

Le drapeau symbolise une assemblée, des frontières, tandis que la tente implique un modèle de société marqué par le collectif et le domestique. La structure modulaire reprend les concepts de portabilité, d’éphémère, de mouvement et de collaboration, qui nous invitent à d’autres façons de penser notre manière d’habiter le monde. Ce projet désire activer le lieu par sa présence, les drapeaux seront décorés de semences de fleurs sauvages indigènes incrustées sur la toile qui vont poliniser le

territoire tout au long au festival.

1/1