top of page

Barrage de compensation 2

Amazon is a River

par

Lucas Facer (UK), Kim Gubbini (LU) & Thomas Randall-Page (UK)

Avec Amazon is a River, le trio d’architectes Kim Gubbini, Lucas Facer et Thomas Randall-Page propose une vision à la fois poétique et critique de la circulation et du cycle de vie des ressources. L’installation, un échafaudage, devient une sorte d’horloge hydraulique dont les mouvements sont assurés par le remplissage, le basculement et la vidange d’une série de récipients et d’objets du quotidien. Mais plutôt que de mesurer le temps, cette œuvre va utiliser l’écoulement et l’accumulation de l’eau pour parler des gains et de la richesse, remettant en question notre façon de consommer et le pouvoir qui en découle.


L’échelle est simple : le verre d’eau que vous pouvez déverser en haut de la tour représente un euro. La valeur de l’eau dans le circuit, représente le salaire minimum luxembourgeois. En conservant le même référentiel, l’eau retenue derrière le barrage d’Esch-sur-Sûre équivaut… à la fortune personnelle de Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon !


Au-delà de cette critique symbolique de la doctrine de la croissance infinie, une autre histoire se raconte. Appelant le mouvement cyclique de l’eau, elle visualise un modèle économique différent, celui de la circularité et de la décroissance. Celui du flux naturel des choses face à l’intervention humaine et la domestication. Car avant d’être un géant de la mondialisation, l’Amazon(e) est une rivière.

Assemblage et fonctionnement


Conformément aux principes de l’économie circulaire, modèle économique qu’elle incarne, l’œuvre est entièrement assemblée à partir d’éléments loués, récupérés, réutilisés ou recyclés. Directement connectée à la Sûre, la tour pompe son eau jusqu’au sommet, avant d’être renvoyer vers le cours d’eau à travers les différents contenants, prenant et rendant à la rivière à parts égales.


Certains récipients se remplissent et se basculent, à la manière des Shishi-odoshi, des épouvantails et fontaines à eaux japonais en bambou. D’autres atteignent un certain niveau avant de se vider automatiquement via un siphon, suivant le principe de la coupe de Pythagore. Chaque action déclenche un son qui font de cette installation une œuvre multisensorielle.

Kim Gubbini est née au Luxembourg et a ensuite poursuivi ses études en Autriche, où elle a obtenu son diplôme de B.Arch à l'Université technique de Vienne. Par la suite, elle a continué ses études à l'Académie royale danoise à Copenhague, où elle poursuit actuellement son Master.

Tout au long de sa carrière universitaire, Kim a acquis une précieuse expérience en travaillant avec des cabinets d'architecture renommés, notamment MDW Architecture à Bruxelles et l'architecte Maximilian Eisenköck à Vienne. Elle contribue activement à l'équipe de conception et de construction du Festival Poolbar à Feldkirch, en Autriche, et a participé activement à des ateliers de conception et de construction affiliés à l'Architectural Association de Londres.

@archi.kimgubbini


C'est lors d'une école d'été d'architecture en Autriche en 2021 que Kim a croisé la route de Thomas Randall-Page. Thomas a étudié l'architecture à la Glasgow School of Art, à l'Aalto University et à la London Metropolitan University. Après avoir obtenu son diplôme de master, il a travaillé chez 6A Architects avant de rejoindre Heatherwick Studio.

Depuis 2014, le Studio Thomas Randall-Page s'est forgé une réputation en livrant des projets à la fois matériellement innovants et ludiques, couvrant une vaste gamme d'échelles, de vitesses et de degrés de permanence. Parmi ceux-ci figurent le très acclamé 'Art Barn' et le 'AirDraft' lauréat d'un concours, une structure gonflable expérimentale flottante dédiée aux arts. Bien que le cœur du travail du studio soit incontestablement architectural, il prend plaisir à relever des défis de conception qui dépassent souvent d'autres disciplines.

www.thomasrandallpage.com

@mr._randall_page


Thomas et Lucas Facer ont travaillé ensemble sur plusieurs projets et apportent avec eux plus de 10 ans d'expérience dans la conception d'événements et la construction de festivals. Ils viennent tous deux du monde de l'architecture axée sur la conception et ont passé du temps dans des pratiques mondiales prestigieuses. Cependant, ils possèdent également une solide expérience dans les aspects pratiques de la construction, en particulier pour les installations temporaires et permanentes dans des endroits sensibles et parfois difficiles d'accès.

Maintenant à la tête de leurs propres petites agences, ils sont confiants dans leur capacité à offrir une vision de conception ainsi qu'une richesse d'expérience pratique dans la construction d'installations.

www.lucasfacer.com

@lucalucalucasluca

« Amazon is a River  »

Conception : Lucas Facer (UK), Kim Gubbini (LU) & Thomas Randall-Page (UK)  

Conçu dans le cadre de WaterWalls, Esch-sur-Sûre, 2024

Production : Esch(t)Kultur asbl

Coordination : Services for Creatives


bottom of page